Covid-19 : entre désinformation et anxiété, petit guide de survie – 01

Hey tout le monde.

Ceci n’est pas un post visant à vous informer sur ce que vous ne savez pas du Covid-19, ni un appel à analyser la situation à chaud, mais un petit point d’ancrage si, face au flux d’informations contradictoires, vous avez du mal à naviguer au milieu de tout ça. J’espère que ce post aidera plus d’une, en plus des ressources mises à disposition en ce moment sur le net.

“Ce que je peux faire à mon niveau”

Déjà, pour gérer l’anxiété, un bon rappel est de s’interroger sur ceci : qu’est-ce que je peux faire à mon niveau pour endiguer le Covid-19 ? Se recentrer sur la réalité de nos situations respectives, c’est à la fois éviter de projeter le pire, et c’est s’appuyer sur des faits tangibles. Le confinement total est annoncé : vous travaillez ou non de la maison ? Quels moyens avez-vous de vous protéger ? Ces moyens sont-ils efficaces pour protéger les autres ? Bonus : tout acte collectif commence avec soi-même.

S’inquiéter pour ici et là-bas

Je le disais sur Twitter, en tant que femme afrodescendante, notre santé mentale est très – TRES – sollicitée :

  • S’inquiéter pour sa famille qui vit en région (parce que le parisianisme s’en fout de se servir de la province comme jardin, qu’importe les conséquences)
  • S’inquiéter pour sa famille dans les îles, où le milieu hospitalier est précaire depuis des années+ les touristes

Bref, autant de raisons de stresser et parfois de perdre pieds ! Cet état des lieux amènent souvent à un sentiment d’impuissance, de colère ou juste la sensation d’être submergées… Et c’est bien normal ! Mais il est important de garder en tête de ne pas porter ce qui n’est pas à notre portée.

Les faits, les forces et le repos

A mon sens, ce sont les trois éléments qui me permettent un peu de faire face en ce moment. Les faits, ce sont les informations vérifiées que l’on prend le temps de lire; les articles et les analyses critiques sur la gestion decette crise; mais aussi le petit relativisme historique sur lequel s’appuyer : toute époque a connu ses gros évènements difficiles – particulièrement nos ancêtres, toi-même tu sais. Ça ne veut pas dire qu’il faut relativiser ou minimiser le caractère inédit de ce qui se passe, ça veut juste dire que… Bah, nous, ce sera le Covid-19 (après j’ignore ton âge, toi qui me lit, mais tu vois où je veux en venir). Cela permet de remettre les choses en perspective, et d’avoir des points réels auxquels s’accrocher face aux climats. C’est d’autant plus utile quand il s’agit de se concentrer sur les obstacles que l’on va rencontrer à court terme, par exemple. Bref, un jour à la fois.

Les forces, ce sont celles que l’on possède pour gérer cette situation. Ce n’est pas parce que Lundi, tu as suivi les informations toute la journée sans trop en souffrir, que ce sera le cas les jours suivants. On n’a pas toujours la disponibilité émotionnelle pour gérer l’actu, le taff ou même sa famille. Et ce n’est pas grave. Le plus important, c’est de savoir s’écouter et se préserver avec discipline. Ne reste pas sur Twitter, si ça fait déjà trois jours que tu n’as pas le moral.

Le repos, c’est ce dont on a besoin pour gérer toutes les informations nouvelles que l’on reçoit par heure, que ce soit par rapport à l’actu ou par rapport à notre entourage… ou à nous mêmes ! Beaucoup s’étonnent de “réagir comme ça”, “d’être déphasé.e”;”de ne pas savoir quoi faire”… Parce que vous avez vécu beaucoup d’épidémie Covid-19, vous ?!

Soyez indulgent.e.s avec vous-mêmes. Laissez votre routine se mettre en place; et si parfois ça dérape, c’est pas grave. N’ayez pas peur de demander de l’aide, aussi. Ce ne sont que des conseils, et évidemment ça ne règle pas tout, mais le but est de tenir.

Agir, c’est déjà avoir un peu de puissance

Peut-être que vous n’avez pas livrés des masques cousus de vos propres mains à tout le voisinage ; ou que vous n’avez pas cuisiné toute la semaine pour la structure hospitalière, mais… Avez-vous appelé Mamie ?

Je caricature, mais à l’heure où pas mal de médias brodent autour de l’héroïsation de plusieurs professions surexposées au Covid-19 , il me semble vraiment important de se méfier de ce discours (pour plein de raisons que je n’aurais pas le temps de développer ici, mais qui ne remet évidemment pas en question l’importance du travail de ces salariés). Il y a des tas de manières d’être utiles, que ce soit en répondant à des appels recensant les dérives policières, ou des appels aux dons d’associations en danger, en veillant aux personnes de votre entourage qui vivent seul.e.s durant ce confinement (par téléphone, par session House Party, via Netflix Party, etc).

QUELQUES RESSOURCES

LE COLLECTIF DE PSY NOIRS OUVRE UNE PERMANENCE SOLIDAIRE
Pour vous inscrire, c’est ici :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdjMod7Q6vkImk0vYiL69SqfK5nXcIHjZgAmKi8xQhKTQ8rWQ/viewform

CHEZ SOI de Mona Cholet, est mis en accès libre par son éditeur. Une lecture qui peut aider sur le confinement et le rapport au chez soi.
https://t.co/3a7dwVdeDI

J’PEUX PAS, J’AI THERAPIE est le nouveau podcast du site Thérapie pour afrodescendantes, qui vise à décomplexer le rapport des femmes noires  à la thérapie.
https://anchor.fm/therapiepourafros

LISTE COLLABORATIVE : Comment occuper ses enfants à la maison grâce aux contenus géniaux que l’on peut trouver sur le Net ?
https://taleming.com/occuper-enfants-maison-coronavirus/?fbclid=IwAR1TUQjeHXJQ5emVmFG36S8rHAMJQ9i91aA1n7OjWTBzLM734sQZ865qVu8

Diversité and Kids propose également des ressources pour les enfants afrodescendants.

Pour ma part,  j’ai mis à disposition des review de livres de tout genre sur mon Instagram dans la rubrique BookReview si besoin de se changer les idées, et le compte de l’Afrolab proposera des lives d’ici peu pour répondre à vos questions sur les difficultés du travail en période de confinement.

Et vous, vous tenez le coup ? Des recommandations culturelles pour se changer les idées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *