Dix illustratrices afrodescendantes à suivre

Etant toujours à la recherche d’illustratrices pour mon petit répertoire personnel au cas où un projet se présenterait, je fais souvent des appels sur mes réseaux sociaux pour me constituer une liste d’illustratrices en général, mais aussi une liste de sistah. Bien qu’une collaboration ne repose pas uniquement sur la rencontre entre de deux artistes, mais bien sur une rencontre entre leurs styles ; je remarque que des initiatives comme #DrawingWhileBlack visant à mettre en avant les artistes noir.e.s, sont peu reprises par des artistes afro francophones. En effet, à défaut de le rappeler 452 036 458 fois, la “diversité” n’est pas uniquement un problème de représentation mais aussi d’acteurs et d’actrices de la production culturelle. Qui écrit ? Qui dessine ? Qui publie ? Toutes ces positions sont éminemment politiques. Je me suis donc dit que ce serait pas mal de profiter de ma plateforme pour mettre en avant le travail de ces femmes qui sont nombreuses. 🙂

1.Reine Dibussi

D’origine camerounaise et guadeloupéenne, on la connaît pour sa BD jeunesse Mulatako, mais sa palette de style est bien plus large, allant du portrait réaliste au comics, passant par des petits sketchs minimalistes. En 2019, Google la repère et lui commande un Doodle illustrant l’équipe du Cameroun pour la Coupe de football féminin. Elle a récemment collaboré sur le livre jeunesse Moun Péyi, écrit par Marc Ernest aux éditions Roots.

Autant vous dire que vous aurez l’occasion de voir nos futures col… Hum, non, rien. 😉

2. Elyons

D’origine camerounaise, Joëlle Ebongue, connue sous le pseudo Elyons s’est depuis longtemps distinguée par son trait singulier, assez proche du shibi je dirais. Elle est connue pour sa bande dessinée La Vie d’Ebène Duta, a co-fondé le festival Bilili BD Festival de Brazzaville (Congoo). De plus, elle a annoncé la semaine dernière qu’elle sera la co-commissaire de la plus grande exposition de bandes dessinées d’Afrique Sub-saharienne, Africa 2020 ! DO YOU FEEL THE WIN ?

3. Natacha Nze Ndong

Vous avez déjà vu son travail. Si, si, je vous assure, il suffit de mentionner le petit manuel du Cheveu crépu qu’elle a illustré. D’origine gabonaise, Natacha Nze Ndong cultive un style de dessin hétéroclite, comme le montre son portfolio.

4. Aurélia Durand

Dans un univers pop et coloré, la franco-ivoirienne Aurélia Durand nous offre une style jouant sur les contrastes de silhouettes où les petits détails font l’histoire ! Le magazine Reine des temps modernes l’avait interviewé longuement sur ses projets, et bien que l’illustration soit un de ses modes d’expression favoris, elle se reconnaît davantage dans le titre d’artiste, moins cloisonnant.

5. KAM

Née à Yaoundé (CAMEROUN) Annick Kamgang, connue sous le pseudo KAM, est la raison pour laquelle ce post existe : en un tweet, elle a centralisé pas mal d’artistes de cette liste qui, même si elles composaient déjà mon petit répertoire, m’a montré le besoin de centraliser en un post tous ces talents. Dessinatrice de presse et de bande dessinée, son crayon a toujours servi un travail engagé. Comme elle le dit : ” Mon travail est influencé par les idées de démocratie, de liberté d’expression et d’émancipation des peuples. J’aborde les sujets graves avec légèreté, et les sujets légers avec une pointe de militantisme. “. Elle signe en 2018 sa première bande dessinée “Lucha, chronique d’une révolution sans armes au Congo”, co-réalisée avec Justine Brabant, aux Éditions La Boîte à Bulles. Vous pouvez trouver une de ses interviews ici.

6. Ama

Autrice et illustratrice jeunesse , Ama a récemment illustré le livre auto-édité Kanika, un album jeunesse d’Ophélie Bidoumbou, dont la campagne Ulule a dépassé l’objectif de financement. C’est son style poétique et acidulé qui m’a beaucoup séduit. Très active sur Instagram, elle profite de ses illustrations pour diffuser des messages d’empowerment destinés aux enfants.

7. Amé

D’origine martiniquaise, Amélie-Anne Calmo, connue sous le nom d’Amé a plusieurs cordes à son arc. Que ce soit en jeunesse ou en bande-dessinée adulte, son dessin ne perd jamais son humour, ni son atmosphère chaleureuse.

8. Maya Mihidou

D’origine gabonaise, Maya Mihindou se démarque par la diversité de ses travaux, en plus de son style : livres jeunesse, dessins de presse, couverture de livre, pochette d’album, etc. Elle est également l’autrice du roman graphique Sabine, publié aux éditions du Soleil.

9. Hina Hundt

Aussi connue sous le pseudo La cerise électrique, Hina Hundt est une infographiste et une illustratrice qui explore la féminité à travers ses travaux, ainsi que la représentation des femmes noires. Sa palette de couleurs flashy et appuyé d’un camaïeu de rouge en fait sa signature.

10. Le sourire de Marcel

Blogueuse et illustratrice, Tiffany C. (au cas où le pseudonymat serait à privilégier) aborde à travers son travail la place du corps, de la féminité et de la diversité avec un grand intérêt pour l’approche bodypositive et le féminisme, notamment sur son blog.

Alors, les travaux de Nicholle Kobi et de Cococerise mériteraient évidemment d’être dans cette liste, comme bien d’autres que je n’ai pas cité ici, il s’agit d’une liste non-exhaustive. 🙂

Et parce que le salon d’Angoulême ne manque jamais de nous faire croire qu’il n’y aurait pas de femmes dans la BD – *side eye* – vous pouvez également consulter pas mal de suggestions d’illustratrices (et d’artistes non-binaires) qui m’ont été faites sous les tweets ici et ici (avec des portfolios magnifiques).

8 thoughts on “Dix illustratrices afrodescendantes à suivre

  1. Superbe billet, grâce à toi je découvre des illustratrices ultra brillantes dont je n’avais jamais entendu parler… T^T”

    J’aime particulièrement le travail de Aurélia Durand, dont les couleurs me rendent dingue.

  2. Merci beaucoup pour votre retour qui me comble.
    J écris des histoires pour enfants. Comment puis je faire pour avoir un regard extérieur sur mes écrits. J aimerais tant qu ils vivent et quand je vois ces jeunes femmes creatives et en plus de mes origines. Cela me donne de l espoir et des envies.
    Merci merci..

    1. Bonjour ! Je pensais que les forums d’écriture sont déjà un bon début, ou même les communautés type Wattpad pour avoir des retours sur ses écrits et se familiariser avec un regard extérieur ! Ensuite, n’hésitez pas à vous servir de ce qui existe déjà comme littérature pour jauger où se situe votre travail, et vers quelles maisons d’édition vous tourner si c’est que vous recherchez. Bonne chance !

Répondre à Piko Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *