Comme un million de papillons noirs + update

 

J’ai réalisé que je ne m’étais même pas posée pour vous parler de ces derniers jours, voire mois, mais si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez déjà une petite idée. Mais récapitulons tout de même car j’ai, moi-même, du mal à un peu suivre, et surtout je tenais à montrer que si je suis moins sur le blog, c’est parce que je suis prise… Ailleurs ! *musique d’Alien*.

A mains nues, mon roman.

C7XBUSbXwAA4mw1

En mars dernier, je sortais mon roman A mains nues aux Editions Synapse – qui est à présent en rupture de stock, mais vous pouvez le commander chez la librairie Lis Thés Ratures, dépêchez-vous car il en reste peu ! ;). Faire la communication du roman en plein mois féministe était assez… sportif. Mais c’était aussi un bel aboutissement après des mois de réécriture, des journées de montage et tournage pour la bande-annonce, et de stress ou de frustration pour la promotion.

Mais ce qui est sûre, c’est que j’ai énormément créé durant cette période. Je me suis découverte des capacités que je ne soupçonnais pas trop, j’ai évolué et j’ai rencontré beaucoup de personnes, mais surtout, j’ai vu quelles étaient les femmes noires qui sont, pour moi, des piliers dans les moments de doute, de crise, etc. C’est très étrange quand des proches disent de vous « l’auteure », et je crois que je suis toujours timide d’apposer ce terme à côté de mon nom.

Le plus drôle étant que je viens d’achever un nouveau manuscrit dont je vous parlais dernièrement, et que je dois m’attaquer à la réécriture. Honnêtement, je suis un peu fatiguée (de moi-même) mais je n’arrive pas à dormir si une histoire n’est pas mise sur papier. Ca sonne très écrivain torturé, mais je vous assure que c’est moins poétique qu’il n’y paraît.

Enfin, je crois que j’en oublie des choses ! Il y a beaucoup d’interviews, une conférence sur le Pavillon Livre d’Afriques avec la blogueuse Clumsy Mummy où l’on a parlé de son livre et de la littérature jeunesse, l’atelier Ataye, la rencontre littéraire avec l’association CTOM où j’ai entendu lire mon roman pour la première fois !

 

 

Comme un million de papillons noirs / Like a million black butterflies, mon livre jeunesse

f09748b8e0091c69981a0f68a7db90

Arrive le mois de juin, rebelotte avec cette fois la campagne Ulule autour de Comme un million de papillons noirs. Avec les éditions Bilibok, qui ont été supers à m’accompagner et à donner toutes les chances à Adé, je suis un peu arrivé quand tout était prêt à  être communiquée. Le lancement de la campagne s’est fait avec quelques papillons dans le ventre, mais je peux le dire enfin … C’était de la folie !  A peine six jours après le lancement, nous avons récolté les 10 000€ nécessaires à l’impression des milles premiers exemplaires. Et tout ça, c’est sans compter les centaines de contributeurs, de relayeurs, de marques ou de personnalités qui nous ont soutenu.

A présent, nous avons franchi les 120%, et plus les gens contribuent, plus la possibilité de diffuser le livre grandit !

DC7G1JrXkAA2cls

 

C’est pourquoi je le répète : MERCI ! Et merci également à celleux qui m’ont soutenu à la sortie du livre d’A mains nues. Merci de relayer, de vous y intéresser, de m’écrire des mots adorables, d’être derrière moi, je le répéterai jamais assez. Le livre n’est pas encore sorti – rendez-vous en Octobre ! -, mais c’est super gratifiant d’être contacté par des anglophones pour la version anglaise, par des professionnels soucieux de donner accès à des ouvrages diversifiés. Quand j’ai vu A mains nues à la médiathèque de Châtelet, posé sur une table, mon coeur a manqué un battement, honnêtement.

Bref, passé l’euphorie, je crois que le plus gratifiant était de voir la cohérence et la prolongation du blog dans ces projets. Il y a quatre ans, j’ouvrais un blog sur le fait d’être une femme noire en France, qui plus est, une lectrice qui ne se voyait pas, et aujourd’hui, il me tient à coeur de produire quelque chose, suite à ce constat. Ca signifie aussi s’adresser à certains gros éditeurs qui n’aiment pas toujours la critique, parfois des illustrateurs également, et ce, avec les mots fleuris que me valent en mon afroféminisme. Faire en sorte qu’il y ait une femme noire en couverture d’un roman et qui ne réponde pas à des codes exoticisants, faire une petite fille où est abordé l’origine d’un mal être et pas un simple « elle ne s’aime pas », sont des choses qui découlent tout droit de ce blog.

J’ai eu la chance d’être accompagnée par d’autres femmes noires qui sont motivées et qui galèrent comme moi, et qui m’ont soutenue dans mes pleurs, dans mes incertitudes, dans mes envies de tout lâcher, car tout n’est pas rose. Mais je suis là, et tout ceci me fait tenir. Je crois que le but de ce post reste encore un énorme MERCI.

Et la suite ? Finlande, Pays-Bas… et le blog.

25720894100_728861f5d2_z

Les choses s’enchaînent et – alors que je devrais TRAVAILLER SUR CE QUE JE DOIS RENDRE AUJOURD’HUI AU LIEU D’ECRIRE – mon agenda est bien rempli jusqu’à fin décembre. Je ne vais pas me plaindre, puisque la plupart des choses à venir sont des projets que j’attends depuis longtemps !

Il y a d’abord la conférence 6th Afroeuropeans: Black Cultures and Identities in Europe, qui se tient début juillet, dans laquelle je vais intervenir – si je me décide à finir ce foutu papier – dans le volet Communication et Réseaux sociaux.

Je ne suis pas retournée dans ma ville d’études depuis que je l’ai quitté, alors retourner en tant qu’intervenante sur place, c’est quelque chose… Et puis, c’est ma première intervention en anglais, donc je suis un peu nerveuse. Après ça, direction Amsterdam pour la WOC Europe – 2nd Edition, en octobre ! Il s’agit d’un rassemblement féministe européen rassemblant plusieurs activistes ou femmes engagées non-blanches. Pour l’anecdote, j’avais envoyé mon papier après la deadline l’année dernière, à mon plus grand regret. Cette année, j’étais prévenue et je suis heureuse que ce papier – qui parlera de la misogynoir notamment – ait été sélectionnée.

Même si cette fin d’année 2017 s’annonce bien remplie, il y a toujours du contenu ! Vous êtes vraiment un lectorat fidèle : la fréquentation du blog ne cesse de grimper, même avec mon refus de faire des posts réguliers – parce que je préfère la qualitay plutôt que la quantitay. Je suis à un stade où pour être efficace dans ce que je produis, il faut que je cible 1) mes priorités, 2) ce qui vous intéresse le plus.

J’arrive à un stade où j’ai l’impression d’avoir tout essayé, et avec malgré tout le sentiment de retrouver les basiques (mes bons vieux livres), sans savoir ce qui vous intéresse davantage… Vos retours me motivent. Alors, je vous le demande : Que souhaiteriez-vous voir sur le site ? Et je m’adresse bien sûr à mes sistah, right here. Répondez en commentaires ou dans le sondage.

Mais que fait Mrs Roots en dehors du blog ? Pas de panique, vous pouvez retrouver les liens où me trouver sur cette page, et aussi me dire ce que vous aimeriez comme contenus pour l’année à venir.

Crédits Photos : Franck Aubry

Share on FacebookEmail this to someoneShare on TumblrTweet about this on TwitterShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *