Hommes noirs, femmes noirtes : une misogynoir née avant la honte

Dans ce grand système qu’est le racisme et ses dominants, il y a toujours des impacts dans les communautés concernées. D’une fausse querelle incessante entre les Africains et les Antillais en passant par le colorisme, les problèmes intracommunautaires sont multiples – surtout quand ces derniers sont également applaudis par certaines personnes blanches. J’ai déjà parlé brièvement de la misogynoir mais comme certains se font un plaisir d’en faire un sport journalier, une petite mise au point s’imposait.

De la famille des mots négrophobes et misogynes « Niafou » et « Fatou », j’ai l’honneur de vous présenter le mot « NoirTe ». « Noirte », c’est ce mot bâtard très en vogue chez nos fins connaisseurs de la misogynoir, cette manière d’ajouter une bonne dose de sexisme et négrophobie ambiante via les réseaux sociaux, terrain préféré pour les insultes faciles. Petite mise en situation ?

noirte1

noirte2

noirte3

Si votre curiosité brûle après ces morceaux choisis de la misogynoir, je vous invite à chercher par vous-mêmes sur le réseau social. Mais les femmes noires étant visiblement un passe-temps, elles donnent même lieux à des hashtag sur… leur tenue. Le niveau est haut, j’en conviens.

CFDFZJ1W8AAiaif

La misogynoir n’est pas le seul fait des hommes noirs, elle se définit comme étant une misogynie spécifique à l’égard des femmes noires et de leur dénigrement, en s’appuyant sur des attaques sexistes, racistes et/ou coloristes (la hiérarchisation selon les teintes plus ou moins foncées des carnations noires). Ainsi, certaines femmes blanches ou femmes non-noires qui se joignent aux hommes noirs dans l’usage de « noirte » contribuent à ce processus.

niara3
Mmh parce que dénoncer la réduction des femmes noires à leur couleur de peau pour définir leurs attitudes, c’est »de la victimisation ». Je croyais que c’était du racisme, on en apprend tous les jours.

La raison pour laquelle les femmes noires s’indignent à l’égard des hommes noirs dans leur pratique de la misogynoir n’est pas simplement du fait de leur couleur de peau, mais bien de leur responsabilité en tant qu’homme, dans une société patriarcale raciste. Nos frères aiment nous rappeler comment nous devrions être, à quoi nous devrions ressembler, sans même se rendre compte qu’ils reproduisent les injonctions racistes (« oh si les « noirtes »se comportaient comme les blanches ! ») et sexistes (en insultant des femmes noires). Et quand ça ne suffit pas, il faut bien sûr poser les femmes noires en opposition à celles connues, comme Beyoncé, Nicki Minaj, etc… Peut-être devrions-nous être plus indulgentes, car ils ne font que reproduire ce que leur montrent des « modèles » comme Mokobe et son clip Rihannon.

Tout en incitant les femmes noires à ressembler à ces stars aux longues extensions longs cheveux dorés comme ceux de Beyoncé, aux visages parfois refaits sculptés, nos frères nous demandent d’être aussi… plus naturelles. C’est à s’y perdre. Et dans cette insatisfaction des femmes noires qui justifierait leurs frustrations et les insultes à la pelle, on retrouve les classiques :

  • le fait d’être « pas assez noire »culturellement.
  • le fait d’être « une pute », « une sauvage » dès lors qu’une femme noire assume sa sexualité. (Étrangement, ils ne voient aucun problème à faire référence à leur pénis dès qu’ils peuvent et veulent insulter… mais, pardon, reprenons « ce sont les femmes qui sont vulgaires »donc).
  • le fait d’être laide dès qu’on a une carnation plus foncée.

Le plus fascinant, c’est que ces termes n’ont pas d’équivalents masculins, au cas où l’on aurait encore des doutes sur la misygonoire derrière.

Si les racistes sur les réseaux sociaux sont légions, je me suis demandée ce qui poussait autant d’hommes noirs a… Attendez ! on me souffle dans l’oreillette qu’un nouveau mot vient de sortir :

niara

niara2

Bref. Je disais donc, je me suis demandée ce qui poussait autant d’hommes noirs à insulter sur la place publique des femmes qui leur ressemblent. On met souvent ce déferlement sur le compte d’une négrophobie intériorisée, mais la misogynoir suppose une supériorité de l’homme noir face à la femme, il n’est donc pas seulement question d’un rejet de sa couleur de peau. Pire, la misogynoir n’est pas née avec les réseaux sociaux, puisqu’elle a même son historique au sein des mouvements antiracistes où la question des femmes était relayé au dernier plan, et même certains leaders des luttes contre la ségrégation raciale ont leurs dossiers. Ce qui m’interroge vraiment, c’est la manière dont cette misogynoire est surexposée, sciemment, en comptant sur les utilisateurs racistes pour se faire une popularité… En êtes-vous là ?

Capture d'écran 2015-05-15 15.29

Si seulement ce n’était qu’une histoire de « on aime certaines noires », ces hommes-là ne seraient pas en train d’insulter celles qui demandent du respect, et ne feraient pas d’un sport national leur production de tweets racistes et misogynes retweetés x fois. J’en suis venue à me dire que c’était plus facile pour ces hommes-là de dénigrer les femmes noires pour être applaudis par les femmes et hommes non-noirs; plus facile de verser dans les insultes racistes à l’égard de femmes qui ont la même couleur de peau que leurs mères ou leurs soeurs parce que ça leur permet une certaine popularité dans une société sexiste et raciste. L’ascension à tout prix, sans aucune remise en question, oui, y a de quoi être corrompu. Et comme ces mêmes frères sont capables, dans un esprit de contradiction phénoménale, de nous insulter de négresse puis de citer MLK ou Malcolm X, le jour suivant, j’achèverai cet article sur ceci :

« Qui vous a appris à détester les gens qui vous ressemblent ?
Qui vous a appris à détester la race à laquelle vous appartenez à tel point que vous ne voulez même pas être l’un à coté de l’autre ?

Vous savez, avant de demander à M. Mohammed s’il enseigne la haine, vous devriez vous demander, qui vous a appris à détester ce que Dieu a fait de vous. »

Malcolm X

Note : vous pouvez vous dispenser des habituels « je suis un homme noir et je ne suis pas-« etc, etc. Si vous voulez vraiment aider, cessez de tourner la tête quand les femmes noires se font insulter par vos semblables, et canalisez-les, merci.
Share on FacebookEmail this to someoneShare on TumblrTweet about this on TwitterShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *